Algue microscopique en forme de spirale, la spiruline (Arthrospira platensis) est une des premières formes de Vie sur la planète Terre.

On parle d’algue, mais c’est plus précisément une cyanobactérie, c’est à dire une bactérie réalisant la photosynthèse. L’origine de la Terre remonte à 4,5 milliards d’années et les cyanobactéries apparurent il y a environ 3,5 milliards d’années. Grâce à l’énergie lumineuse, cette bactérie est capable de transformer le gaz carbonique en matière organique au cours d’un processus complexe qui dégage de l’oxygène. Cela a permis l’enrichissement de l’atmosphère en oxygène (O2) puis la formation d’ozone (O3) protégeant ainsi la Terre des rayonnements ionisants. Dans ces conditions, l’évolution du vivant s’enchaîna jusqu’à ce jour.

3,5 milliards d’années se sont donc écoulés depuis l’apparition des cyanobactéries et ces créatures primitives vivent encore parmi nous. Elles ont traversé le temps, identiques à elles-mêmes pour l’essentiel.
Celle qui nous intéresse ici, longue d’à peine 1/2 millimètre, s’est installée dans des lacs salés de régions chaudes bonifiant ainsi l’alimentation des riverains.

datauri-file

Lac Lonar en Inde

Les aztèques

Le conquistador espagnol Cortès rapporte dans ses mémoires cette curieuse habitude qu’avaient les indiens de promener à la surface des lacs des filets très serrés pour récolter une sorte de boue verte qu’ils faisaient sécher au soleil pour la consommer ensuite sous forme de galettes. Ils consommaient, sans le savoir, la spiruline.

Les Kanembous

Dans la région du Kanem, au nord-est du Tchad, vivent les Kanembous. De tradition immémoriale, les femmes kanembous récoltent à la surface de certaines mares fréquentées par les flamants roses, une sorte de bouillie verte qui y pousse spontanément : la spiruline. Une fois séchée en galette (dihé) dans le sable, celle ci trouve son chemin jusqu’au marché local ou directement dans la marmite. La spiruline s’accorde idéalement avec la boule de mil, base alimentaire de cette région.

Diapo harvest of SPIRULINA

datauri-file (1)

Lac Tchad, le séchage des Kanembou

L’Occident

Au milieu des années 1960, une expédition belge révéla au monde toute la richesse de cette cyanobactérie. Le botaniste en mission Jean Léonard, parcourait les marchés indigènes à la recherche des produits végétaux. Sa curiosité fût frappée par les galettes vertes bleuâtres. La substance fut identifiée et analysée : la spiruline, trésor de protéines, vitamines, minéraux, enzymes, pigments…

L’ Amérique centrale

Parallèlement, la société Sosa Texcoco exploitait les eaux alcalines souterraines du lac Texcoco, à l’emplacement de l’actuelle ville de Mexico. L’extraction du carbonate de sodium était perturbée par une minuscule algue qui obstruait le système. Dans les années 1970, le directeur de l’époque M. Durand Chastel identifie la spiruline et se rend compte de ses propriétés. La société Sosa Texcoco se mit alors à récolter l’or vert ; la première culture commerciale.

datauri-file (2)

Société Sosa Texco

L’aventure s’est poursuivie par l’implantation de fermes géantes pour une production mondiale, et l’installation de fermes paysannes dans le tiers-monde pour lutter contre la malnutrition.
Plusieurs personnes ont contribué à diffuser la spiruline depuis maintenant 40 ans, à démontrer que cette micro-algue peut aider les populations dans le besoin. Je pense notamment à M. Ripley Fox et sa femme Denise, M. Durand Chastel, M. Jean-Paul Jourdan, M. Jacques Falquet.

Vincent Libeaut